Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT juin 2019
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT juin 2019

 


25 Septembre 2019

  • CNIS Kick-Off Meeting 25 septembre 2019 : IIoT, Big Data, Cybersécurité, Intelligence artificielle, simulation numérique, Edge computing, maintenance prédictive, additive manufacturing, BlockChain, Green IT ... venez découvrir en avant-première le programme de la saison 2019/2020 du CNIS et tous les grands sujets des ateliers qui feront l'actualité numérique de nos industries du futur. Inscription
  • Le droit de la propriété intellectuelle et la fabrication additive plastique. La fabrication additive suppose l’intervention de divers acteurs dont le créateur de fichier, l’utilisateur qui télécharge le fichier CAO ou qui réalise l’impression en 3D, l’auteur d’un lien hypertexte vers le fichier CAO et les intermédiaires tels que le créateur de logiciels, la plateforme de téléchargement et le fabricant du scanner ou de l’imprimante en 3D. Les conditions d’accès à la protection ne sont pas bouleversées par la fabrication additive plastique. Pour autant, des évolutions et éclaircissements du droit positif sont nécessaires pour, d’une part, identifier et poursuivre les tiers contrefacteurs et, d’autre part, délimiter l’étendue des droits exclusifs.
  • Trace et nature numérique : ordonner la donnée. Dans l’espace physique, la trace n’est pas une vérité, c’est un indice, une donnée passée, transformée, et elle est perçue comme telle. La conservation des données coûte cher et les musées de nos vies grandissent de manière exponentielle. La dépense d’énergie attribuée aux ordinateurs, réseaux, data center, etc. ne cesse de croître atteignant près de 10 % de la consommation d’électricité mondiale. L’accumulation du nombre de données et l’augmentation croissante de leur taille interroge.
  • Comment Airbus veut développer l’App Store de l’aéronautique. Maintenance prédictive des pièces critiques, gestion des flottes d’avions, exploitation des systèmes de divertissement à bord, optimisation des vols pour réduire la consommation de kérosène, amélioration de l'expérience passager… Pour les compagnies aériennes, le numérique constitue la promesse d’une efficacité opérationnelle accrue à tous les niveaux. Mais encore faut-il avoir les ressources nécessaires...Airbus compte leur faciliter la tâche via sa plateforme numérique Skywise. Une activité comparable à l'App Store d'Apple avec en guise d'applications, de nouveaux cas d'usages pour le compte des compagnies aériennes.
  • Traçabilité des pièces de la filière ferroviaire. Les entreprises en charge des passagers et du fret ont décidé d'adopter un langage commun universel pour l'identification et le suivie de leurs matériels. L'adoption du référentiel GS1 par les opérateurs réseau ne signifie pas la fin de l'histoire. Le succès d'un standard est étroitement lié à son adoption par l'ensemble des intervenants de la filière. Les «intégrateurs» (Alstom, Siemens, Bombardier ...) et les fabricants de pièces détachées sont invités à rejoindre le mouvement.
  • L'état de l'art de la fabrication additive dans l’industrie aéronautique. La fabrication additive est utilisée dans le secteur aéronautique depuis l’adoption de la technologie dans les années 1980. Elle permet d’économiser du temps et de l’argent au cours de la période de développement du produit. Son rôle est important aux niveaux de la conception du produit, de la fabrication directe des pièces, de l’assemblage, de la réparation et de la maintenance.
  • Les nouveaux métiers crées par l’intelligence artificielle : la data, super star ! Le paysage actuel se concentre particulièrement sur les métiers spécialistes de la donnée et des experts business. Quand il s’agit des métiers de la  data, les compteurs s’affolent : qu’il s’agisse de data analyst, data engineer, data architect, data designer, data protection officer, la demande devrait continuer à croitre d’ici 2020. L’étude de Burning Glass Technologies prévoit dans les deux ans à venir, une explosion de la demande de compétences de la data science (+ 93%), Machine Learning (+56%), Big data (+50%) et Data Vizualisation (+ 44%)
  • L'Outil qui va remplacer le data scientist. Le MIT dévoile un nouvel outil intitulé  » Virtual Data Scientist « , qui permet de générer automatiquement des modèles de Machine Learning. Ajouté à la plateforme Northstar, le VDS va permettre aux entreprises qui n’ont pas de Data Scientist de profiter des bénéfices de l’IA…
  • Cloud public : des responsabilités partagées. L’adoption du Cloud a fortement augmenté ces dernières années. Selon une étude de CyberArk, près de la moitié des entreprises françaises interrogées ont migré des applications critiques vers le Cloud public.
  • « La simulation est un outil d’aide à la décision » : Éric Landel, expert leader simulation et modélisation numérique de Renault explique le rôle clé de cette activité pour le constructeur et les mutations en cours.  «La Model factory centralise nos activités de simulation pour les systèmes les plus complexes, car ceux-ci demandent beaucoup de ressources dans un temps très court pour délivrer des résultats rapidement. Nous avons ainsi 500 personnes réparties dans notre technocentre et dans un centre commun avec Nissan à Chennai, en Inde, qui produisent une information massive pour que l’ingénierie puisse faire les meilleurs choix possible.»
  • Métiers du numérique et de l'informatique : il faut donner envie ! Les entreprises disent continuer à rencontrer des difficultés de recrutement, notamment dans les métiers du numérique. L’industrie française du numérique est freinée par une pénurie et les emplois de qualité qu’elle propose restent vacants. Les entreprises renoncent progressivement à la recherche du profil «type filière S, bac +5, formation initiale» même s'il reste encore privilégié par les recruteurs. L'impression de pénurie dans les métiers du numérique est en partie liée à ce prisme.
  • Adieu l’hypercentralisation, les datacenters se rapprochent des utilisateurs. Atos, Rittal et Siemens forment un partenariat stratégique mondial pour développer des solutions de centres de données pour le secteur industriel, les smart cities, le commerce de détail, l'énergie et les services publics. Baptisé «Intelligent Edge Data Center» (IEDC), l’offre est présentée comme une solution de centre de calcul hautement configurable, optimisée pour de l'analytics avancé et le traitement de données IoT en temps réel.
  • Un test pour arbitrer le match entre puces quantiques et supercalculateurs. Les puces quantiques en développement auront besoin d'un protocole de test adapté pour démontrer leur supériorité sur les ordinateurs classiques. Les chercheurs de la Nasa proposent un protocole basé sur l'échantillonnage de circuits quantiques aléatoires avec un algorithme qu'ils ont fait tourner sur Summit, le plus puissant supercalculateur au monde.
  • Un système de maintenance préventive des moteurs industriels. Il existe plus de 300 millions de moteurs électriques industriels fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour faire fonctionner les lignes de production dans le monde entier. Ils consomment environ 70 % de l’électricité fournie aux installations industrielles. Malheureusement, les pannes sont très fréquentes: un moteur industriel sur huit tombe en panne chaque année. Grâce au recours à l’IA et à un ensemble de données infiniment plus grand que ce qu’un être humain peut traiter, ce système de maintenance préventive, non invasif et sans contact, s’avère beaucoup plus fiable qu’un technicien ou qu’un ouvrier qualifié.
  • « L’électronique du futur, c’est la clé de voûte pour développer l’industrie en France » La filière électronique française est à un tournant majeur de son histoire.  Après avoir perdu la production des grands volumes dans les télécoms et le grand public, elle voit dans la vague annoncée des objets connectés industriels à la fois une opportunité et un défi. Entretien avec Vincent  Bedouin, président du directoire du groupe Lacroix, président du cluster We Network dans le Grand Ouest, et l’un des moteurs du plan d’action visant à mettre la production électronique française sur le cap de l’industrie du futur.
  • Le groupe Lacroix lance son usine d’électronique du futur. Le projet Symbiose d’usine d’électronique du futur de Lacroix Electronics franchit une nouvelle étape cruciale. Le groupe vient de choisir Beaupréau-en-Mauges, dans le Maine-et-Loire, comme lieu d’implantation de cette usine au top niveau des technologies de l’industrie 4.0.Le projet associe six partenaires: PTC, Inventy, Microsoft, ASM, Schneider Electric et Orange. Tous veulent en faire une vitrine de leurs technologies pour l’industrie 4.0.


Merci de me désinscrire de cette mailing list

-- 

Erick Jonquière |  AFNeT  | 
 
Chef de projet IT
Community Management & Collaborative Practice
___________________________________
30, rue de Miromesnil - 75008 Paris
Tel : + 33 (0)1 53 43 82 70
Mob : +33 (0)6 09 04 87 18
erick.jonquiere@afnet.fr
Actions sur le document
« Décembre 2021 »
Décembre
LuMaMeJeVeSaDi
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031