Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT février 2021
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT février 2021

 

Bulletin de veille pour l'industrie du futur 


Prochain webinar CNIS 11 mars 2021 - 18h00

  • La normalisation, un enjeu pour le secteur aéronautique. La fabrication additive est considérée comme une technologie de rupture qui transforme les chaînes de production. Elle offre un nouveau terrain pour l’innovation, des avantages logistiques et une capacité de fabrication à la demande. Ces avantages sont nombreux pour le secteur aéronautique. La certification des produits, ainsi que la qualité et la normalisation des intrants matériels semblent être le principal défi des prochaines années pour le développement de la fabrication additive.
  • La Chine menace-t-elle l’innovation et la loi de Moore dans les puces ? La loi de Moore, qui prévoit le doublement de la densité des puces tous les deux ans, constitue le fondement et l’aiguillon de l’innovation de l’industrie des semi-conducteurs depuis plus de 55 ans. Les progrès continus qu’elle entraîne dans ce secteur sont considérés comme essentiels à la croissance économique . Un modèle qui risque d’être chamboulé par l’offensive chinoise dans les puces. Subventions massives, vol de propriété intellectuelle, transfert forcé de technologies, manipulation des standards internationaux ou acquisition d'entreprises étrangères avec des fonds publics déguisés en investissements privés...un rapport publié par le think tank américain ITIF qualifie la course de la Chine dans les puces de mercantiliste visant, par des moyens déloyaux, à s’accaparer le marché.
  • 5 questions sur le déploiement de la 5. La 5G aura un impact significatif sur de nombreux aspects clés de notre vie - l'éducation, la médecine, le travail, etc. et, bien sûr, sur notre économie.  Nous nous sommes posé des questions telles que « Qu'y aurait-il de différent si la 5G était déjà opérationnelle à grande échelle ? »
  • Vers la fin du Big Data ? Peut-être un rien excessif, Gartner considère que les entreprises qui reposent sur de larges quantités de données historiques ont réalisé avec la pandémie que la plupart de leurs modèles ne sont plus pertinents. « La pandémie a tout changé, rendant beaucoup de données inutiles » expliquent les analystes.

  • L’open source s’invite dans le monde des processeurs. Pourquoi ne pas appliquer la recette des logiciels libres au matériel et aux processeurs ? Cette idée, certains l’ont eu dès le début des années 2000. Il aura toutefois fallu attendre 2020 pour assister au véritable décollage des processeurs libres, sous l’impulsion du mouvement RISC-V.
  • La mode virtuelle connaît un véritable essor. The Fabricant, pionnier ! Défilés de mode façon jeux vidéo pour Balenciaga et Christian Louboutin, mannequins en 3D pour Mugler et Burberry, et filtres virtuels pour essayer des accessoires Chanel et Dior, les grandes maisons investissent de plus en plus le cyberespace. En parallèle, des marques de mode virtuelle, dont les pièces n'existent qu'au format numérique, voient le jour.
  • Les supercondensateurs à la conquête de l'internet des objets. Les techniques de micro-stockage énergétique sont un élément majeur dans le développement de l’internet des objets. Les micro-supercondensateurs s’imposent de plus en plus comme un complément intéressant aux batteries. Cette technologie bénéficie des derniers progrès en matière de structuration 3D des électrodes.
  • L’industrie automobile renforce la résilience de ses chaînes d’approvisionnement. La pandémie qui fait rage a en effet mis à mal les aspirations des grandes entreprises automobiles et remet en question les modèles d'approvisionnement actuels pour une résilience des chaînes d'approvisionnement (supply chain resilience en anglais). À court terme, la première stratégie consiste à atténuer les risques opérationnels en relocalisant les sources d'approvisionnement et en utilisant des technologies industrielles avancées 4.0.
  • Réalité virtuelle, augmentée, mixte ou réalité étendue, faites votre choix. Mais quelle est la différence entre ces diverses « réalités » ? Les produits de réalité virtuelle relevant de la réalité étendue intéressent de plus en plus les professionnels. De nombreux secteurs, en particulier le commerce, la formation et l’apprentissage, l’architecture, l’ingénierie, la construction, la fabrication et la santé, voient la valeur qu’ils peuvent en tirer. Des secteurs pionniers, comme l’industrie manufacturière, utilisent déjà la réalité étendue pour la formation et l’apprentissage.
  • L'agriculture transformée par les données. L'agriculture est l'industrie suivante dans la liste de celles où la nouvelle normalité sera de reposer sur un socle et des échanges de données. Une des perspectives pour doper l'interopérabilité, c'est l'émergence de plateformes, partagées entre plusieurs acteurs, voire souveraines, stimulant la production de données par le potentiel de leur valorisation dans de nouveaux usages.
  • Qu'est-ce que la mécatronique ? Ce livre blanc s’intéresse à la mécatronique, qui est issue de l'intégration de technologies provenant de la mécanique, de l'électronique, de l'automatique et de l’informatique dans la conception et la fabrication de produits pour augmenter et/ou optimiser leurs fonctions. Ce n'est ni une science, ni une technologie, mais une méthode d'intégration de technologies en synergie. La mécatronique est d'abord apparue dans le domaine de l'aéronautique, puis s'est largement répandue dans l’automobile, avant d’envahir petit à petit les produits de l'industrie mécanique.
  • La sous-traitance industrielle tente le modèle AirBnB. Avec la numérisation des flux industriels, de nouveaux acteurs sont apparus dans la fabrication à la demande : des plates-formes misant sur l’intermédiation entre producteurs et acheteurs de pièces fabriquées. Prise de contact, envoi des plans de la pièce, demande de devis, validation de la commande… Les échanges routiniers entre clients et sous-traitants vont-ils se simplifier grâce à l’avènement de la fabrication à la demande, idéale pour les petites et moyennes séries ?
  • Formation : Science des données et cybersécurité . Les sciences des données et la cybersécurité sont des enjeux toujours plus importants dans le domaine informatique, et plus généralement dans les industries et dans la société. Afin de relever les défis de demain, l’ENSIBS, l’école d’ingénieur de l’Université de Bretagne Sud, lance un nouveau parcours ” CyberData ” alliant ces deux thématiques…
  • Éco-conception : L'industrie se convertit à l'économie circulaire à marche forcée. La conception générative permet d'obtenir une pièce plus résistante que celle produite de manière traditionnelle, tout en consommant moins de matière. Elle s'inscrit dans une démarche de durabilité. Pacte vert européen, loi Agec, plan France Relance… Le mouvement vers une économie circulaire s’accélère. C’est dès la phase de conception de leurs produits et services que les industriels doivent le prendre en compte.
  • Data centers: des générateurs en cas de coupure électrique ! En cas de panne électrique à l’échelle de l’État, les principaux data centers du Texas sont alimentés par des générateurs pour maintenir les clients en ligne et réduire la charge sur le réseau déjà en difficulté. Les sociétés de data centers de l’État s’emploient également à soutenir leur personnel et leurs communautés face à une contrainte météorologique sans précédent cet hiver.
  • La France a des talents qui font progresser l’aéronautique et le spatial. De la recherche aux usages, il est habituel dans les domaines technologiques de donner la prédominance aux innovations machines, aux matériaux pointus, aux logiciels intégrant l’intelligence artificielle… mais « Rien n’est possible sans talents », c’est-à-dire sans contributeurs talentueux. Ceux qui créent, innovent, font perdurer ou encore promeuvent les nouvelles technologies. Portrait de six d’entre eux, adhérents à l’association France Additive.

     

  • 5 G : quel est l’impact écologique  ? « Actuellement aucun chiffre avancé sur la 5G et son impact écologique n’est vraiment fiable. Ceux évoqués par les lobbies et opérateurs de télécommunication ne portent que sur la consommation électrique, ce qui est une erreur. Il faudrait évaluer l’ensemble de la chaîne liée à cette nouvelle technologie, de la production d’objets technologiques (téléphones portables, écrans…) aux déchets finaux.
  • Quand le numérique passe au vert. « Sobriété numérique », « numérique responsable », numérique « low tech », des alternatives se développent pour tenter de rendre compatibles la transition écologique et la transition numérique. Les collectivités peuvent s’engager en prenant en compte ces préoccupations dans leurs projets de smart city ou leur propre fonctionnement interne, afin de les rendre plus durables et vertueux.







Bulletin de veille Toutes les archives du bulletin de veille pour l'industrie en ligne



Merci de me désinscrire de cette mailing list

-- 

Erick Jonquière |  AFNeT  | 
 
Chef de projet IT
Community Management & Collaborative Practice
___________________________________
30, rue de Miromesnil - 75008 Paris
Tel : + 33 (0)1 53 43 82 70
Mob : +33 (0)6 09 04 87 18
erick.jonquiere@afnet.fr
Actions sur le document
« Décembre 2021 »
Décembre
LuMaMeJeVeSaDi
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031