Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT décembre 2019
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT décembre 2019

 

 

Bulletin de veille pour l'industrie du futur 

Bonne année

Meilleurs Vœux !


  • Traçabilité sur toute la chaîne de valeur : le challenge des filières agroalimentaires. Durant le congrès Boost Industrie 2019, organisé par l'AFNeT, Bruno Prépin, délégué général d'Agro EDI Europe, a présenté plusieurs exemples de mise en oeuvre d'une traçabilité complète dans différentes filières de l'industrie agroalimentaire. Une expérience riche d'enseignements pour l'ensemble des secteurs industriels concernés par ces enjeux.
  • Intelligence artificielle et impression 3D : la combinaison du futur ? L’IA et l’impression 3D stimulent l’innovation, rendent la production plus efficace et donnent aux entreprises un avantage concurrentiel. Quelles sont les possibilités qui existent lorsque l’on combine les deux technologies, quels avantages on peut en tirer mais aussi les limites qui peuvent subsister. On ne sait pas encore jusqu’où cette révolution ira, mais une chose est sûre : elle est prometteuse.
  • Pourquoi Airbus et Thales s’associent dans la cybersécurité. Côté Airbus, c’est Airbus Cybersecurity qui est à la manœuvre : une équipe de 850 personnes qui  fournit pour les infrastructures critiques  des produits et des services en cybersécurité. Le groupe d'électronique et de défense Thales compte plus de 2 000 experts en sécurité informatique. Le rapprochement entre Airbus et Thales pourrait-il aller plus loin, alors qu’il n’existe pas à ce jour de champion européen en matière de cybersécurité ?
  • Les DSI veulent de nouvelles compétences pour leurs nouveaux besoins. Le cloud et l’hyperconvergence ont réduit la demande pour les spécialistes du stockage. D’ici à 2025, 40% des traitements s’effectueront dans le cloud, 30% sur les sites de production de l’activité (le fameux edge computing, qui comprend les chaînes de montage d’un industriel) et 30% dans les datacenters sur site.
  • 2020 : objectif transition numérique pour les entreprises. Quand on parle de l'importance actuelle pour chaque entreprise d'investir pour gérer au mieux les flux de données générés, cela induit des implications très larges. (Livre blanc des Éditions Techniques de l'Ingénieur en téléchargement gratuit)
  • Changer les habitudes, défi n°1 de l'environnement numérique de travail . C'est un fait connu de tous les DSI : l'utilisateur déteste être bousculé dans ses habitudes. Le moindre bouton déplacé, une interface subtilement différente de celle à laquelle il est accoutumé suffisent à le priver de précieux repères, suscitant irritation et rejet. « La technologie qui marche, c'est celle que l'utilisateur s'approprie, celle qui lui donne le sentiment de maîtriser les choses »,
  • Fog Computing ou Edge Computing : quelles sont les différences ? Tout est question d’emplacement et cela dépend spécifiquement de l'emplacement des ressources de calcul et de stockage distribuées. Pour l'OpenFog Consortium, si les capacités de traitement sont intégrées directement dans un point d'extrémité, il s’agit selon eux d’Edge Computing. Mais si l'intelligence réside dans un nœud de réseau séparé, entre un terminal et le cloud, tel qu'un nœud local ou une passerelle IoT, alors on parle de Fog Computing.
  • La robotique collaborative gagne du terrain. Le concept de robotique collaborative a fait son chemin auprès des industriels. Encore peu répandu dans les secteurs traditionnels de l’industrie comme l’automobile, les industries de pointes comme l’aéronautique, le médical ou l’électronique s’intéressent à ces équipements pour accélérer les cadences de production, ou les opérations de maintenance, tout en conservant l’adaptabilité des opérateurs humains.
  • Commerce extérieur: Dans les coulisses des flux. La complexité dans le transport maritime relève de la multiplicité du nombre d’intervenants. Au port d’Anvers (Belgique), une opération de transport fait intervenir au moins 200 communications et pas moins d’une trentaine d’intervenants, de l’expéditeur au destinataire, en passant par la banque, le transitaire. La blockchain peut être une solution pour l’intégration de toutes les parties prenantes. L’enjeu étant l’interopérabilité des guichets uniques des pays interconnectés.
  • L'IA sur les bords . Alors que l’IA mobilise toujours davantage de puissance de calcul, Cartésiam joue la carte de la frugalité. Fondée à Angers (Maine-et-Loire) en juin 2016, la start-up développe des analyses de maintenance à base d’apprentissage automatique embarqué dans les machines. Sans cloud ni datacenter, les fonctions d’apprentissage et d’analytique sont exécutées en local, directement dans les microcontrôleurs qui commandent les capteurs.
  • L'internet des objets industriels, une révolution à sécuriser . La mise en œuvre d’objets communicants dans les systèmes industriels améliore l’efficacité des systèmes industriels, mais augmente en contrepartie la surface d’attaque des infrastructures. Les objets communicants sans fil qui se déploient dans l’industrie introduisent des vulnérabilités spécifiques qui rendent plus difficile la sécurisation, déjà complexe, des systèmes. Les identifier et les comprendre s’impose pour minimiser les risques.
  • Le procédé de fabrication additive DED (dépôt sous énergie concentrée). La technologie de fabrication additive DED ou dépôt sous énergie concentrée (Directed Energy Deposition en anglais) est l’un des sept procédés de fabrication additive définis par l’ASTM International et l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Dans ce procédé, une énergie thermique focalisée est utilisée pour fusionner des matériaux en les fondant au fur et à mesure qu'ils sont déposés. Explication…
  • L'Europe se dote d'une infrastructure de télécommunications quantiques . L'Europe veut se doter d'une infrastructure de télécommunications quantiques qui s'appuiera sur un réseau terrestre de fibre optique et une constellation de satellites. Le but est de renforcer drastiquement la sécurité des applications critiques dans les domaines des télécommunications, de la finance, des soins de santé, de l'approvisionnement en électricité et des services publics. Pour cela, l'idée est de s'appuyer sur la cryptographie quantique, une technologique balbutiante mais promise à un bel avenir.
  • Les startups qui vont changer le monde en 2020 . Infrastructures photoniques, cryptographie quantique, transparence de l’IA ..., le nouveau rapport CB Insights met en exergue 36 startups actives dans 12 catégories qui illustrent en quoi les technologies peuvent en faire bien plus pour aider l’humanité que ce soit en matière de découvertes scientifiques, de médecine, d’énergie, d’écologie ou encore de transports, autant de domaines qui connaîtront, notamment grâce à l’apport de l’IA, de profondes transformations dans la décennie à venir.
  • La fabrication additive affirme ses ambitions dans l'industrie. La fabrication additive est devenu un procédé industriel à part entière. Loin de supplanter les techniques de production traditionnels, elle favorise l'émergence de nouvelles applications. L'aéronautique, le spatial, l'énergie et la plasturgie poussent la technologie pour accélérer son intégration dans les usines.
  • Prochain rendez-vous CNIS :  « Intelligence artificielle, une question de confiance » Jeudi 6 février. L’intelligence artificielle est une technologie complexe. La normalisation pourra-t-elle permettre d'assurer la confiance des utilisateurs en garantissant tous les aspects de la fiabilité, notamment la transparence, la robustesse, la résilience, la confidentialité et la sécurité en recommandant des pratiques exemplaires susceptibles d’induire un comportement prévisible et bénéfique des systèmes d’IA ? IA et normes : état des lieux et perspectives. Pré-Inscription (agenda en cours)
Bulletin de veille Toutes les archives du bulletin de veille pour l'industrie en ligne



Merci de me désinscrire de cette mailing list

-- 

Erick Jonquière |  AFNeT  | 
 
Chef de projet IT
Community Management & Collaborative Practice
___________________________________
30, rue de Miromesnil - 75008 Paris
Tel : + 33 (0)1 53 43 82 70
Mob : +33 (0)6 09 04 87 18
erick.jonquiere@afnet.fr
Actions sur le document
« Avril 2021 »
Avril
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930