Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT mars 2019
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT mars 2019




  • Machine learning : la clé de la maintenance prédictive Pour anticiper de façon fiable les pannes des composants de machines, d’appareils et de véhicules, les entreprises doivent mettre en œuvre un cycle permanent de collecte, d’exploration et d’analyse des données. Il est important de recueillir les données là où elles sont générées, c’est-à-dire au plus près des composants eux-mêmes. Les capteurs installés à cet effet enregistrent le comportement des équipements sous la forme de données qui vont alimenter et enrichir le cycle d’analyse.
  • Bosch investit dans la maintenance prédictive: Après avoir équipé ses machines de capteurs transmettant des données sur leur temps d’utilisation et le nombre de pièces fabriquées, l’usine Bosch de Moulins-Yzeure vient d’installer des détecteurs de vibrations capables de prévenir les pannes. Avec la maintenance prédictive, l’usine auvergnate passe, à l’instar des autres sites du groupe, au 4.0.
  • Quel est l’avenir de la fabrication additive industrielle ? Bien que la technologie 3D ait un potentiel énorme, l’industrie a été plutôt lente à adopter la technologie pour la production en série. L’étude de Dimensional Research rassemble donc des données sur les usages de l’impression 3D et tente également de comprendre les défis actuels en matière d’adoption massive. Le rapport est basé sur une enquête en ligne auprès de 114 participants, décisionnaires en matière de fabrication additive dans leurs entreprises respectives.
  • La RFID, maillon essentiel des systèmes connectés IoT. Retail, industrie, transport et logistique, santé et industrie pharmaceutique, secteur tertiaire, restauration rapide, tous les secteurs d’activité font appel aux tags RFID, notamment dans l’IoT. A la clé, une meilleure traçabilité, un état des stocks et des inventaires plus juste, pour améliorer les résultats et l’expérience client ou usager.
  • L'humain cherche sa place dans l'usine du futur. La vision optimiste d’une industrie du futur libératrice pour l’humain se heurte à de nombreuses craintes, loin d’être infondées. Les considérer est un impératif pour une transition réussie.
  • Safran propose une chaîne numérique complète pour les hélicoptères. Le monde des voilures tournantes n'échappe pas à la frénésie qui entoure l'exploitation des données. Safran Electronics & Defense a ainsi profité de la tenue du salon Heli-Expo, début mars à Atlanta, pour présenter sa chaîne numérique complète et automatisée de traitement des données de vol et de maintenance destinée aux hélicoptères.
  • "La rupture, c’est pouvoir traiter en masse des données hétérogènes". Airbus se tourne vers Dassault Systèmes pour accélérer sa transformation numérique. L’avionneur cherche à s’affranchir de l’effet de silos au sein du groupe. Dans le détail, la plate-forme 3DExperience, mise au point par Dassault Systèmes, va mettre les concepteurs en contact direct avec les personnes dédiées à la production. Une interaction permanente existera entre la maquette numérique et l’outil de production, de telle façon que ce qui est dessiné sur le produit soit directement pris en compte dans la manière dont il sera fabriqué.
  • Chez Schneider Electric, les jumeaux numériques prennent la suite de l'IoT. Schneider Electric modélise notamment ses installations Microgrids, un dispositif destiné à fournir à un industriel de l'électricité issue de différentes sources dans un objectif d'efficacité énergétique. Pour EDF, le groupe a conçu un jumeau numérique des systèmes qui permet au fournisseur d'électricité d'optimiser par des simulations l'utilisation de l'énergie en fonction des pics de consommation, du climat et des contrats dépendants de plages horaires.
  • Latécoère, l’innovation en héritage . Malgré sa longue histoire, ponctuée de nombreux soubresauts, l’équipementier aéronautique reste animé par le même esprit pionnier depuis plus d’un siècle. La preuve avec sa dernière usine 4.0 de Toulouse, un modèle du genre. Lorsque les machines de nouvelle génération et les robots coopératifs auront complètement investi les 5 000 mètres carrés d’atelier, les cycles de production s’en trouveront considérablement réduits. « Ils passeront de trois mois actuellement à moins de trois semaines, avance Richard Montanel, le directeur du site.
  • L'impression 3D pour les grosses séries ? Imaginez si de grandes séries de pièces pouvaient être lancées avec un fichier de CAO et un ordinateur portable. Aucun outillage et aucune installation de ligne de production ne serait alors nécessaire. Jusqu'à présent, les imprimantes 3D ont été trop lentes, trop imprécises ou trop coûteuses (souvent les trois) pour être largement adoptées dans la fabrication de masse.
  • La 5G c’est bien … la 5G sécurisée c’est mieux . L’Europe veut une approche coordonnée pour garantir la sécurité des réseaux 5G, y compris le droit des États membres d’exclure des entreprises de leur marché pour des raisons de sécurité nationale si celles-ci ne respectent pas les normes et le cadre juridique du pays.
  • Les Fonderies de Sougland, de la Renaissance à l’usine 4.0 . Multiséculaires, les Fonderies de Sougland ont su prendre le train de la modernité en misant sur l’innovation et la formation. Les Fonderies de Sougland ont inventé la machine à émailler, qui a obtenu le grand prix du jury lors de l'Exposition Universelle de 1900. La présence de la PMI lors de l'Usine Extraordinaire en novembre 2018 au Grand Palais était donc une évidence.
  • Le jumeau numérique . Pour gagner en performance et en robustesse, SNCF Réseau s’appuie sur la transformation digitale et se dote d’un jumeau numérique. Véritable réplique virtuelle du réseau, cet outil permet de mieux connaître son patrimoine industriel et de simuler des opérations et des interventions.
  • L’Internet des Objets (IoT) au service de la performance industrielle. Dans le cadre de l’Asset Performance Management, GE Digital propose la mise en place de Predix APM, une suite logicielle qui ingère et traite les données extraites des équipements connectés. Le module APM-Health offre une visualisation continue de la santé des actifs. APM-Reliability anticipe les pannes, réduisant ainsi les arrêts non planifiés et permettant la maintenance prédictive
  • Siemens ouvre son Digital Experience Center avec le CEA, Atos et Cetim . Situé sur le plateau de Paris-Saclay et inauguré ce jeudi, le Digital Experience Center créé par Siemens France, avec le CEA, Atos et le Cetim est un espace collaboratif dédié à l'innovation. Son but ? Créer un écosystème de de start-ups et de partenaires pour accompagner les industriels français dans leur projet d'e-transformation.
  • Un jumeau numérique pour des expérimentatios 'in silico' . Les catalyseurs développés par IFPEN sont souvent mis en œuvre dans des réacteurs à lit fixe où leurs grains sont empilés de manière aléatoire. Pour leurs tests en unité pilote, un enjeu est de pouvoir garantir à moindre coût la représentativité, tout en éliminant les problèmes de répétabilité. Il s’agit alors de pouvoir proposer à coup sûr une configuration de réacteur satisfaisante.
  • Une chaire "supply chain du futur" pour l’Ecole des Ponts ParisTech . Objectifs ? Faire avancer la formation, l’innovation et la recherche dans le domaine de la supply chain. Et donc explorer l’impact des nouvelles technologies, les nouveaux usages, etc : internet des objets, data sciences, blockchain, intelligence artificielle, fabrication additive…

Actions sur le document
« Juillet 2019 »
Juillet
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031