Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT mai 2017
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT mai 2017

  • Industrie 4.0 : une révolution tranquille, en profondeur, à l'heure digitale : Outils de conception par ordinateurs, usines "intelligentes", produits "intelligents" (smarts), Internet des objets (56%), systèmes autonomes modulaires (robotique) , impression 3D (44%) et systemes "cyber-physiques", le terme 'Industrie 4.0' présente des contours encore relativement ouverts comme le notent les études récentes. Pour l'essentiel, il s'agit de repenser l'organisation des moyens de production, autour d'une nouvelle génération d'usines « intelligentes» (« smart factories »). Elles se caractérisent par une adaptabilité élargie et par une allocation plus efficace des ressources.On voit se profiler de nouvelles formes de coopération liées à la transformation digitale de l'industrie.
  • Blockchain et IoT : un contrat de confiance ? La technologie blockchain, réputée sécurisée et fiable, peut-elle s’insérer dans l’écosystème IoT pour adresser les problèmes de confiance, d'identité, de confidentialité et de protection des données de l'Internet des objets ? Si les services exploitant la blockchain en tant que couche de sécurité de l’IoT sont encore naissants, les géants mènent des initiatives et réflexions sur le sujet, comme par exemple IBM, qui a introduit de la blockchain sur sa plateforme IoT Watson.
  • Fabrication additive, comment les nouveaux matériaux bouleversent la chaîne de la valeur : Les matériaux utilisés en fabrication additive depuis l’avènement de la technologie sont le plastique, et plus récemment le métal. L’impression 3D de pièces métalliques s’est développée, car elle présente un réel intérêt pour l’industrie, notamment en aéronautique, où elle remplace l’usinage de pièces à géométrie complexe. D’autres matières premières sont envisagées. L’arrivée de ces nouvelles matières premières bouscule la chaîne de valeur, auparavant centrée sur les fournisseurs de machines, en contact direct avec les clients utilisateurs.
  • « Blockchain : la normalisation volontaire à la rescousse » : Le concept de blockchain fait de plus en plus parler de lui. Et comme tout concept émergent, il a besoin de définition et d’harmonisation pour susciter la confiance des utilisateurs et des investisseurs. C’est là où interviennent les normes volontaires. Depuis décembre 2016, sous l’égide de l’ISO, des experts issus de seize pays planchent sur la question, avec le parti pris suivant : utiliser les normes volontaires pour dessiner les contours de cette technologie de rupture, encore bien nébuleuse pour les non-initiés.
  • Ford se lance dans la fabrication additive grande échelle : Le constructeur automobile Ford n’est pas un novice dans le secteur de la fabrication additive : en 1988, l’américain avait déjà acheté les trois imprimantes 3D disponibles sur le marché. En 2015, il estimait sa production de pièces imprimées en 3D dans ses ateliers à 500 000. Aujourd’hui, Ford s’interroge sur la possibilité de fabriquer, grâce à cette technologie, de grandes pièces pour voiture, comme des ailerons.
  • « Le GDPR va remodeler les applications Big Data » : La culture technologique qui entoure le Machine Learning et le Big Data est une culture de partage, mais le passage en production soulève également souvent la question du respect des réglementations . Les nouvelles solutions de Data science viennent souvent compléter un datalake existant, où les données ont été agrégées sans toujours réfléchir aux implications réglementaires.
  • Blockchain, pas si simple pour les grands groupes!Depuis des mois la blockchain fait rêver ou cauchemarder des secteurs comme l’énergie, l’industrie, la banque et l’assurance,...La blockchain est quoi qu’il arrive une technologie prometteuse et porteuse d’un nombre d’innovations et de ruptures mal évaluées aujourd’hui. Des contraintes existent et il est impératif de les prendre en compte dans le cadre d’un projet à base de cette technologie, les expertises métiers, techniques et juridiques seront à mobiliser
  • L'aéronautique parée pour basculer dans la fabrication additive : Dans l'ASD, la FA est utilisée aussi bien pour réaliser des prototypes, des pièces avionnables (Safran, GE, Prat & Whitney, Boeing, Airbus...), voire pour effectuer des réparations. Dans le spatial, aussi bien Airbus Defense & Space que Thales Alenia Space, expérimentent en réel ce type de pièces. La FA offre souvent des gains de masse jusqu'à 70 %.
  • Mitsubishi facilite la Maintenance prédictive : Mitsubishi Electric, spécialiste de l’automatisation industrielle, sort la solution Smart Condition Monitoring (SCM), destinée à la maintenance prédictive des machines tournantes, telles que des moteurs, ventilateurs, pompes ou compresseurs. Elle permet de détecter et d’analyser les variations de l’état d’une machine afin de prévoir en amont des opérations de maintenance, optimisant ainsi sa disponibilité.
  • Des tourets connectés pour une logistique optimisée. Grâce à l’Internet des objets, le groupe Nexans géolocalise ses tourets et optimise sa logistique. Nexans a décidé de faire équipe avec ffly4u, spécialisé de l’Internet des objets (IoT), pour améliorer le suivi et la gestion du parc de tourets d’Enedis. Le système, testé sur une centaine de tourets moyenne tension, a permis des économies de l’ordre de 20 %.
  • I-Trans et IRT Railenium font front commun : Les deux partenaires ont organisé derniètrement une conférence sur le thème "Innover dans le ferroviaire, une clef de compétitivité pour la filière et la région". Parmi les sujets abordés : le projet EuroDigiRail (étude de la stratégie et des outils pour la continuité numérique de la filière ferroviaire sur le modèle de la plateforme collaborative BoostAerospace), le développement de l’offre numérique pour la maintenance prédictive et les méthodes de qualification et d’essais, les enjeux de cybersécurité, en lien avec le développement des systèmes automatiques et des objets connectés.
  • PME, osez l'industrie du futur. « Le premier volet du programme Industrie du futur, c’est de faire en sorte que les PME s’intéressent à la modernisation de leur outil de production et anticipent d’éventuels changements de leur modèle économique », indique Tahar Melliti, le directeur général de l’Alliance pour l’industrie du futur. Cette association est le pilote du programme, elle coordonne les actions et fait l’interface entre l’État et les régions d’une part, entre les industriels et leurs fédérations d’autre part.
-- 

Erick Jonquière |  AFNeT  | 
 
Chef de projet IT
Community Management & Collaborative Practice
___________________________________
30, rue de Miromesnil - 75008 Paris
Tel : + 33 (0)1 53 43 82 70
Mob : +33 (0)6 09 04 87 18
erick.jonquiere@afnet.fr
Actions sur le document
« Novembre 2018 »
Novembre
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930