Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT février 2019
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille pour l'industrie - AFNeT février 2019

 

  • Edge computing : au plus près du traitement local des données.La notion de traitement local des données, stockage, calcul et analyse, n’est pas nouvelle mais prend un nouveau relief avec le déploiement de l’intelligence artificielle qui impacte fortement le big data et l’internet des objets. Les besoins de traitement intelligent des données en temps réel ou avec une faible latence de quelques millisecondes s’imposent, au plus près des capteurs ou des caméras qui les produisent.
  • Les jumeaux numériques de plus en plus prisés dans l'IoT selon Gartner. S’appuyer sur une copie virtuelle d’un objet physique pour améliorer sa productivité. Voilà l’objectif des jumeaux numériques. Selon le Gartner « La capacité d'intégrer des jumeaux numériques entre eux sera un facteur de différenciation dans l'avenir, à mesure que les actifs physiques et les équipements évolueront. »
  • "La révolution des trains autonomes est lancée" : C'est le fameux passage du monde des trains ou métros automatiques au monde des trains ou métros autonomes. Tous les capteurs installés qui surveillent l'environnement et le comprennent, deviennent capables, grâce à l'intelligence artificielle que nous ajoutons, de détecter des événements imprévus comme des objets ou des personnes sur la voie, ainsi de comprendre ce qui se passe et, enfin, d'en tirer la bonne décision sans intervention humaine.
  • Intelligence artificielle, trouver des cas d'usage . Les cas d'investissements non rentables sont nombreux bien que peu médiatisés. Par exemple, de nombreuses entreprises ont mis en place des « lacs de données » qui ne sont pas utilisables faute des bonnes data pour les bons usages. Avec l'avènement de l'informatique en nuage ( le « cloud » ) et du partage gratuit des briques logicielles (en « open source ») les technologies et les techniques sont devenues des commodités. Comment faire pour générer effectivement de la valeur à partir des données ?
  • BlockChain, logistique et supply Chain : panorama des possibilités. Les secteurs dans lesquels la blockchain peut améliorer la logistique et supply chain sont très nombreux. Concrètement, il s’agit pour l’ensemble des parties prenantes d’une chaîne logistique d’inscrire chaque étape du processus de fabrication d’un produit alimentaire, depuis sa production jusqu’à son lieu de vente, dans une blockchain.
  • Daher marque ses pièces à la BlockChain : A la trace… Suivre toutes les pièces qui composent un avion, de leur fabrication à leur livraison, voire durant leur cycle de vie. Et stocker les informations et les documents concernant ce suivi dans un passeport numérique partagé entre différents acteurs de la supply chain. L’équipementier aéronautique lance des projets blockchain tous azimuts. Objectif : créer un passeport numérique de ses produits.
  • Conception d'hélice de navire en fabrication additive: Naval Group et l’Ecole centrale de Nantes ont imprimé le premier démonstrateur de pale creuse d’hélice de navire en fabrication additive métallique. Réalisée en inox à l’échelle 1/3 grâce au procédé WAAM (Wire arc for additive manufacturing), un procédé d’impression par dépôt de fil métallique, la pale pèse 300 kg et a nécessité moins d’une centaine d’heures d’impression. Une nouvelle technique qui permet d’envisager à terme pour l’hélice complète un gain de masse de 40% par rapport à un procédé classique.
  • L’industrie électrique en route vers l’Industrie 4.0. Le passage à l’usine du futur ne se réduit pas simplement à la mise en œuvre de nouvelles technologies ou d’innovations, mais celles-ci vont se retrouver et se combiner dans les nouveaux processus de fabrication ou maintenance. Le résultat sera une usine économe en énergie et en matière première grâce à une coordination des besoins et des disponibilités. « Il faut une logistique 4.0 pour une Industrie 4.0. ».
  • La blockchain, compatible avec le RGPD ? Le fait qu’il semble que le RGPD ne soit pas conçu pour les nouvelles technologies, comme la blockchain, ne signifie pas qu’une compatibilité est en soi vouée à l’échec. Un individu pourrait réaliser ses activités dans une base «on-chain» tout en stockant ses informations personnelles dans une base «off-chain». Au lieu d’effacer une donnée, il pourrait être suffisant d’effacer le lien à une donnée permettant l’identification.
  • Composites : gagner le round de la productivité. Après celle de leur développement, puis de leur allègement, « les matériaux composites ont aujourd’hui entamé la bataille de la productivité : il faut produire à plus haute cadence, avec des matériaux moins chers .
  • La blockChain sur les traces de la Supply Chain. Une technologie garantissant transparence et confiance et une chaîne d’approvisionnement à la recherche de traçabilité. Les deux sont faites pour s’entendre. « La blockchain est un outil parfait pour la logistique. Tous les secteurs sont concernés. Les POC sont réalisés par divers acteurs : des industriels, des logisticiens, des distributeurs, voire des tiers de confiance comme Bureau Veritas. Autre application prometteuse : la lutte contre la contrefaçon ou toute autre forme de corruption.
  • Les blockchains bientôt normalisées. « Il faut définir des normes pour éviter que tout le monde se réclame de la blockchain », décrit Sylvain Cariou, le dirigeant de la start-up CrystalChain et président du comité blockchain de l’Afnor. Les acteurs craignent de voir un ou deux géants imposer leurs standards aux autres.
  • Une start-up française spécialiste de solutions IoT rend les gares SNCF intelligentes. SNCF Gares et Connexions s'est associé à Kuzzle pour rendre la gare d'Aix-en-Provence TGV intelligente. La start-up française y a déployé sa solution IoT et a développé une application permettant aux agents de suivre l'état des équipements et infrastructures. Ascenseurs, lumières et escalators sont monitorés en temps réel et les agents sont alertés en cas de dysfonctionnement.
  • Comment Liebherr réinvente la communication entre machines. L’interconnexion des commandes et des machines intelligentes au moyen d’un concept innovant, adaptatif et intuitif est désormais une réalité sur les matériels Liebherr grâce à Intusi, développé autour du principe de l’internet des objets. Le dispositif Intuiti, pour INTeraktives USer Interface, associe engins et systèmes de commande avancés. Pour cela, l’industriel a développé, pour cela, un tout nouvel environnement de commande ultramoderne.
  • Drones autonomes : une solution innovante d'inspection extérieure des carlingues d'avions . Un temps d'inspection divisé par 20 et des gains financiers évidents pour les compagnies aériennes qui peuvent ainsi raccourcir les temps d'immobilisation au sol de leurs appareils. Le drone a été développé en coopération avec Testia, la filiale d’Airbus spécialisée dans le contrôle non-destructif. « Sur un avion de type A320, le temps d'inspection par un de nos drones est de l'ordre d'à peine 20 minutes, au lieu de 8 heures pour le procédé traditionnel d'inspection visuelle »
  • L’analytique augmentée, prochaine révolution dans l’analyse de données. La grande quantité de données, associée aux capacités de traitement de plus en plus puissantes activées par le cloud, permet de développer et d’exécuter des algorithmes à grande échelle, nécessaires pour exploiter pleinement le potentiel de l’intelligence artificielle. D’ici 2022, plus de la moitié des nouveaux systèmes d’entreprise majeurs intègreront une intelligence continue qui utilise des données de contexte en temps réel pour améliorer les décisions estime Gartner.
  • Blockchain et agroalimentaire, un mariage de raison ? il existe de nombreuses expérimentations chez les acteurs du retail en France et chacun est parti sur des solutions différentes pour atteindre son objectif de traçabilité, que cette solution soit développée spécifiquement pour Carrefour avec Ethereum ou en lien avec une startup pour Auchan avec Te-Food, le résultat est assez proche. Il existe également un autre acteur en France qui développe une solution de ce type pour répondre à tous ces enjeux, il s’agit de la société Connecting Food..
  • Impression 3D : Airbus s’équipe chez Ultimaker . « L’industrie aérospatiale détient des règles strictes en matière de sécurité et de certifications qui peuvent compliquer les processus de fabrication et de modélisation pour les ingénieurs », explique Jos Burger, Pdg d’Ultimaker.

Bulletin de veille : Toutes les archives du bulletin de veille pour l'industrie en ligne
Actions sur le document
« Novembre 2019 »
Novembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930