Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille "IoT" du 31 juillet 2015
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille "IoT" du 31 juillet 2015


  • Samsung propose son framework open source IoT.js . Samsung recherche un moyen de se servir de la puissance de JavaScript dans le développement de l’internet des objets au sein de son projet IoT.js. Comme le remarque Samsung, si l’internet des objets (idO) désigne les technologies qui deviennent plus intelligentes grâce à leur connexion, il y a quelques barrières dans le sens où chaque dispositif requiert sa propre application et / ou ses propres services.
  • Ne perdez pas votre identité dans la course effrénée de l'Internet des Objets, L'IoT moderne continue à se définir par sa complexité, ce qui le rend perméable aux cybercriminels et aux vulnérabilités de confidentialité. Pour réussir, les protocoles de l'IoT doivent fournir une approche cohésive de la gestion des relations et des identités, qui garantit que les relations entre les équipements, les personnes et les services cloud sont établies correctement et aux bons moments, qu'elles reposent sur des accords justes entre les parties, et d'une façon tout aussi importante, qu'elles prennent fin lorsque les parties le demandent.
  • Bien choisir sa plate-forme pour faire communiquer ses objets connectés . Une plate-forme IoT joue un rôle crucial pour accélérer et réduire le coup de développement des produits et des applications IoT et ainsi optimiser le time to market. Face à ce développement, savoir identifier la bonne plate-forme parmi d’autres sera un enjeu important et critique pour les entreprises. 5 critères sont à considérer lors de ce choix :
  • Sagemcom à l’assaut de l’Internet des objets : Sagemcom fabrique des box Internet et des décodeurs pour un grand nombre d'opérateurs à travers le monde. En France, Orange, Numericable-SFR et Bouygues Telecom sont ses principaux clients. En parallèle, Sagemcom est en pointe sur les compteurs communicants. Dans l'Hexagone, la société fabrique une bonne part des compteurs électriques intelligents Linky. Développés par ERDF, ceux-ci seront mis en service l'année prochaine.
  • La voiture connectée a encore de la route à faire (Dossier) : Dans les esprits depuis longtemps, la voiture connectée et/ou autonome semble loin de la commercialisation. Car les fabricants doivent encore affronter de nombreux défis malgré les possibilités qu’une telle technologie pourrait offrir. Tous les constructeurs l’envisagent déjà, pourtant la voiture connectée est très loin d’envahir les routes. Certains prévoient même une adoption massive de la voiture autonome à l’horizon 2050 !
  • Voiture + Digital = ? : Si l'on en croit Emmanuel Macron  dans une interview aux Echos en octobre 2014: « Nous sommes en train d’inventer la voiture de demain en France ». Si cette phrase peut faire sourire ceux qui ont déjà conduit une Tesla ou vu les dernières prouesses de BMW et d’Audi au CES en janvier dernier, elle a au moins le mérite de poser la question d’une industrie automobile à réinventer. Comment une industrie toute entière doit se réinventer pour éviter de rejoindre la liste des industries-dinosaures « disruptées » par le digital.
  • La bataille des futurs standards de communication est engagée «La communication sur internet se base sur une couche IP (protocole internet, ndlr) qui harmonise à un certain niveau tous les standards existants, mais l’internet des objets possède des protocoles propres à certains métiers et usages, loin de garantir une communication unifiée et sécurisée entre des équipements hétérogènes», résume David Excoffier, responsable innovation chez Sogeti. Les futurs standards de communication connectant le vaste ensemble de l’internet des objets ne sont pas encore définis et font l’objet d’une âpre bataille, aux enjeux tant techniques et économiques que politiques.
  • Internet des objets : qui seront les gagnants et les perdants ? Dans une étude dévoilée mardi, le cabinet Oliver Wyman, spécialiste en stratégie et en transformation des organisations, a tenté d'imaginer comment les myriades de capteurs - qui ont déjà commencé à envahir notre quotidien - vont créer des opportunités de nouveaux services. De la distribution aux télécoms, en passant par la santé ou l'agriculture, ils pourraient bien, selon les consultants, obliger les entreprises à changer de cœur de métier. Rien de moins !
  • Comment l'internet des objets transforme la sécurité d'entreprise Lorsque vous envisagez une incursion dans l'internet des objets, vous devez relever une multitude de défis liés à la sécurité et au respect de la vie privée. Pour commencer, il est toutefois utile de définir ce que votre entreprise entend par internet des objets. Brian Partridge de 451 Research estime qu'il faut généralement un device, un réseau et un service de cloud computing.Les données sont l'élément vital de l'internet des objets. À ce titre, votre implémentation de la sécurité pour l'internet des objets doit être axée sur leur protection. Les professionnels de la sécurité informatique sont confrontés à trois grandes difficultés : 1. Problème de confidentialité 2. Problème d'intégrité  3. Problème d'authentification  .../..
  • Objets connectés : de l'Eldorado économique au fiasco environnemental ? Les objets connectés ont un impact environnemental beaucoup plus élevé que généralement estimé. Comment le limiter ? Rappelons rapidement qu'un objet connecté est d'un point de vue matériel une carte électronique avec plus ou moins d'intelligence (microprocesseur, mémoire, capteurs,...), majoritairement autonome en énergie grâce à une pile ou une batterie, et transmettant ses données grâce à une technologie de communication sans fil. On constate aisément les deux points « sensibles » au regard des enjeux environnementaux. D'une part, le fait que la technologie soit « embarquée » implique une « énergie transportable » et d'autre part, la notion de transmission sans fil sous-entend l'émission d'ondes plus ou moins nocives pour l'être humain et l'environnement. .../..
  • BTP: Legrand : des objectifs ambitieux dans l'Internet des Objets. L'avenir passera par les objets connectés. C'est en partant de ce constat que l'entreprise Legrand, historiquement implantée à Limoges (Limousin) et comptant parmi les leaders mondiaux des produits et systèmes pour installations électriques, a décidé d'investir massivement dans l'internet des objets. cf VIDEO - L'entreprise Legrand développe l'internet des objets.
  • La SNCF met cap sur l’internet des objets et affiche une préférence pour Sigfox : Des capteurs placés sur les voies ferrées pour une maintenance prédictive. Yves Tyrode a d’abord annoncé vouloir déployer des capteurs très bas coût très basse consommation d’énergie sur les voies ferrées. Ces derniers pourraient relever la température pour aider la SNCF à réguler en temps réel et de manière géolocalisée la vitesse maximale des trains (qui dépend de la température, nous le voyons en cette période de canicule !). Des capteurs de vibration pourraient détecter des anomalies sur les voies lors des passages des trains tandis que des capteurs d’intrusion renforceraient la sécurité du réseau ferré.
  • Une voie sécurisée pour l'Internet des Objets .  Avec un nombre déjà impressionnant d'objets connectés, l'IoT ou l'Internet des Objets va représenter un marché énorme et à forte croissance dans les années à venir. Il va falloir relier entre eux des milliards d'appareils, et cela dans des conditions de sécurité optimales. La sécurité est un problème complexe qui couvre plusieurs aspects : la langue anglaise fait la différence entre "sûreté" (en parlant d'un fonctionnement sûr) et "sécurité" (en référence aux attaques extérieures). Dans un environnement industriel, les deux actions doivent être mises en œuvre de façon continue et sans faille afin de ne pas compromettre l'ensemble du système. Il faut pour cela une grande expertise et un savoir-faire que n'ont pas la plupart des entreprises. Intel, leader des processeurs et des plates-formes, s'est vite rendu compte que la sécurité était le principal obstacle pour accéder massivement à l'internet des objets. En coopération avec ses filiales Wind River et McAfee, Intel a développé une solution sécurisée de bout-en-bout à partir d'une seule source. La réponse est "Intel Gateway Solutions for the Internet of Things"
  • L’avion connecté, c’est pour bientôt ! En visite au salon international de l’aviation, qui se tient actuellement au Bourget, nous avons pu découvrir les avancée technologiques qui permettront d’ici peu de proposer un avion connecté, dans lequel l’expérience des passagers sera totalement inédite ! En parcourant les allées du Salon du Bourget, on s’aperçoit rapidement que tous les métiers qui composent la filière aéronautique sont impactés par les nouvelles technologies. La réalité augmentée est particulièrement présente évidemment, aussi bien en cabine que pour les pilotes.
  • Sagemcom va aussi bâtir un réseau basse-fréquences en LoRaWAN Fort d’1,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an passé et de 4.200 salariés dans le monde, le groupe français se voit bien jouer un rôle prépondérant dans l’internet des objets. Il compte développer sa propre solution ‘IoT‘ en se basant sur le protocole LoRaWAN publié par l’Alliance LoRa™, dont le groupe Sagemcom est l’un des membres fondateurs.
  • Les voitures autonomes Google Car circulent sur la voie publique en Californie Le mois dernier, Google avait annoncé qu’il était prêt à lancer la Google Car sur les routes de Californie; C’est désormais chose faite : les premiers prototypes de ses voitures autonomes circulent sur la voie public en ce début d’été. Pour l’occasion, Google ouvre aussi une page spéciale consacrée au projet Google Self-Driving Car.
  • Les effets encore inconnus de la révolution de l'internet des objets :  Amener le monde physique à la connectivité, à Internet, n’est qu’un chapitre de l’Histoire. Un second changement technologique primordial naîtra de l’intelligence artificielle, qui permettra de concevoir et contrôler plus aisément des écosystèmes complexes d’objets, et injectera une dose plus importante d’intelligence dans chaque objet en lui-même. La troisième étape de la révolution, prédit M. MacManus, est la fabrication numérique, à l’instar de l’impression 3D, qui pourrait représenter une alternative à certains systèmes de production pour la grande consommation.
  • Bulletin de veille : Toutes les archives du bulletin de veille pour l'industrie en ligne


-- 

Erick Jonquière |  AFNeT  | 
 
Chef de projet IT
Community Management & Collaborative Practice
___________________________________
30, rue de Miromesnil - 75008 Paris
Tel : + 33 (0)1 53 43 82 70
Mob : +33 (0)6 09 04 87 18
erick.jonquiere@afnet.fr
Actions sur le document
« Janvier 2018 »
Janvier
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031