Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille "IoT" du 25 septembre 2015
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille "IoT" du 25 septembre 2015

  • Des technologies d'avions de chasse pour un tracker idéal : Dotvision fabrique des objets connectés de géo-localisation en temps réel. Venue du monde du sport, la firme se diversifie pour répondre aux demandes des industriels.Parmi les applications sensibles et industrielles de ses capteurs, le président de DotVision explique qu’il est aujourd’hui possible de tracer en temps réel des approvisionnements critiques et leurs conditions de transports.
  • L'interopérabilité, sésame des villes intelligentes : L'un des défis majeurs est de s’assurer que les technologies Smart City ne seront pas piégées dans les silos technologiques distincts. Il est donc essentiel que les applications et les systèmes IoT soient conçus pour être interopérables et ouverts aux liens de communication entre eux, tout en conservant un bon niveau de sécurité. I
  • Internet des objets : les opérateurs télécoms en ordre dispersé : Décidément, Orange n'aura pas traîné à emboîter le pas à Bouygues Telecom. Jeudi, le numéro un français des télécoms a annoncé le déploiement d'un nouveau réseau bas débit sans fil. Intégralement dédié à l'Internet des objets (ou IoT, pour Internet of Things), celui-ci repose sur la technologie LoRa (pour Long Range, ou « longue distance »).
  • Internet des objets & M2M : Quelles évolutions à prévoir ? L'Internet des Objets (IoT) est étroitement lié au M2M (machine to machine), il peut même être considéré comme l'évolution naturelle de ce dernier. Le M2M fournit en effet les bases permettant aux "objets" d'interagir entre eux, rendant ainsi possible l'IoT. Le concept d'Internet des Objets amène ainsi le M2M à un tout autre niveau, en offrant des applications et des services plus avancés et plus complexes.
  • Les innovations d'Axway bloquent les menaces pesant sur l'entreprise numérique: Les organisations investissent massivement dans les technologies collaboratives, mobiles, Cloud, le big data et l'Internet des Objets pour améliorer l’expérience client, créer de nouveaux canaux de revenus et augmenter leur efficacité opérationnelle. La transformation numérique de l’entreprise l’oblige à ouvrir son système d’information en s’appuyant sur des API ; les données métier partagées avec les clients et partenaires se trouvent alors davantage exposées aux menaces de hackers.
  • Analyse des données clients et Internet des objets : Rien que l’année dernière, pas moins de 4 milliards d’appareils mobiles se sont connectés à Internet, selon Cisco. Intel, pour sa part, prévoit que ce nombre pourrait atteindre 200 milliards d’unités d’ici cinq ans et qu’en 2020, on comptera environ 26 objets intelligents par personne. Si vous pensez que l’Internet des objets ne vous concerne pas, il est grand temps de revoir votre copie !
  • Vers une nouvelle révolution pilotée par l’IoT et le Big Data : Il va presque nous falloir un nouveau terme pour marquer la rupture entre cette période de « big data » avec la collecte de masses de données sans forcément savoir comment les utiliser correctement… et le « fast data » qui représenterait l’utilisation immédiate de ces données collectées en temps-réel pour prendre les décisions les plus éclairées possibles.
  • L’IoT dans les transports, un besoin vital : Dans les transports, la dernière avancée majeure fut l’adoption du GPS. Les petits appareils IoT possédant une connectivité sont un excellent choix pour développer des produits dans le domaine du transport. Voici quelques exemples de ce que l’industrie IoT a réalisé dans le domaine du transport .
  • Smart Industries : en route vers la 4e révolution industrielle. Le concept d’Industrie du Futur correspond à une nouvelle façon d’organiser les moyens de production : l’objectif est la mise en place d’usines dites « intelligentes » capables d’une plus grande adaptabilité dans la production et d’une allocation plus efficace des ressources. Premier salon fédérant l’ensemble des acteurs participant au concept de l’Industrie du Futur, le salon Smart Industries (15/17 septembre 2015 à Paris-Porte de Versailles Hall 2.2) donnera aux visiteurs les clés et les contacts pour accélérer leur mutation vers la 4e révolution industrielle.
  • Big data et Internet des objets : vers une profusion des applis. Avec quels services ? Dans son tout récent ouvrage de synthèse (*), l'IDATE aborde le chapitre de l'Internet of things (IoT), en soulignant, au passage,  qu'il existe de « multiples concepts sous la même bannière ».  L'institut d'études de Montpellier subdivise l'IoT en trois domaines: - l'IoO (Internet des objets, qui représente 85%  du total de l'IoT) - les terminaux communicants (11%) - le M2M (machine to machine, « avec 4% seulement »). Les applications B2B reposeraient essentiellement sur le M2M et sur l'Internet des objets. Ce dernier (IoO) se développe grâce à des applications verticales, « essentiellement dans des boucles logistiques fermées » (contrôlées par un seul acteur).
  • IBM et ARM vont collaborer sur l'IoT :  IBM et ARM ont décidé de s’associer pour mettre à profit leur savoir-faire respectif dans le domaine des objets connectés. Cette collaboration permettra à la plate-forme IoT Foundation d’IBM dédiée à l'internet des objets de s’intégrer nativement avec les processeurs mbed d'ARM. L’intégration entre IBM et ARM permettra aux produits reposant sur les puces mbed d'ARM de s'enregistrer automatiquement aux services de l'IBM IoT Foundation, et de se connecter aux services d'analyses d'IBM.
  • Objets connectés : rapprocher les mondes numérique et physique : Dans la plupart des cycles de vie de produits, on passe du numérique au physique, sans jamais envisager de marche arrière possible. Mais si les solutions de conception et de fabrication assistées par ordinateur ont transformé la façon dont les produits sont mis sur le marché, l’évaluation de ces derniers au cours de leur cycle de vie a à peine progressé.
  • Transformation de volaille 3.0 : Au coeur de l'internet des objets se trouvent des données. Et Worximity, un système de capteurs conçu à Montréal, en génère beaucoup. C'est la technologie qu'utilise Viandes Central Bernard, un transformateur de volaille de Lachine, pour surveiller sa production en temps réel.
  • L'avenir du Big Data : nouveaux concepts et forte croissance due aux métiers : Le développement du Big data va être influencé par la progression de l’Internet des objets (IoT, Internet of things).  Le cabinet d’études Gartner confirme cette tendance : l'analyse des informations collectées en très gros volumes, d'ici à 2020, va supprimer 80% des processus 'métier'. « Ces informations en très grandes quantités proviendront de l'Internet des objets (Internet of things), des 'devices' intelligents et des processus d'automatisation et de numérisation des flux métier ».
  • La grande intox des objets connectés, par Olivier Ezratty: L'engouement autour des objets connectés ne serait pas uniquement lié à la démocratisation des capteurs et de la connectivité, mais aussi à un phénomène classique d'auto-intoxication du marché, alimenté notamment par les prédictions des analystes.  A vrai dire, il existe depuis longtemps, notamment dans l’industrie. Une machine à commande numérique dans une ligne de production est littéralement un objet connecté ! Les usines grouillent de capteurs en tout genre, surtout dans les unités de production automatisées. La plupart des prévisions sont en volume. Certaines sont détaillées par catégories d’objets. Mais peu de prévisions sont fournies en valeur.
  • La stratégie data pour l'Internet des objets : De quel type et de quelle quantité de données l'entreprise doit-elle disposer pour renforcer la valeur de son offre ? La question est particulièrement critique dans les secteurs les plus atteints par la transition numérique ou pour les fournisseurs de service sur Internet à l'heure du Big Data. Quid en revanche des entreprises industrielles notamment souhaitant valoriser leurs données dans leur stratégie d'Internet des objet.
  • Les PC, c’est le passé. L’avenir réside dans les objets connectés et intelligents : C’est du moins la vision de Brian Krzanich, CEO d’Intel. Le patron d’Intel travaille à diversifier le groupe avec l’Internet des objets comme principal cheval de bataille. "Nous voulons toucher tout ce qui est susceptible de devenir connecté et intelligent. Cela va des robots aux voitures, en passant par les PC. L’opportunité est bien plus vaste que celle de l’Internet des objets."
  • Objets connectés : vers un monde ré-humanisé ? Les données peuvent-elles faire oublier les choses ? Si l’Internet des objets tient ses promesses (2), plusieurs ruptures existentielles pourraient intervenir. Après avoir mis en relation des PC, des smartphones et des tablettes, autrement dit des ordinateurs, Internet mettra de plus en plus en réseau des objets antérieurs aux révolutions informatiques
  • Industrie du futur, la guerre des standards a commencé : Des machines intelligentes doivent pouvoir se connecter facilement les unes aux autres. OPC UA saura-t-il s’imposer en France comme standard de l’industrie du futur ? Techniquement, ce choix serait justifié, de par le caractère moderne de ce protocole. "OPC UA mérite de devenir un standard d’interopérabilité en France car il n’a pas de technologie concurrente, assure Stéphane Potier. Aujourd’hui les industriels français lui préfèrent largement le protocole Modbus TCP (développé par Schneider Electric, ndlr), mais ce dernier ne peut gérer des modèles de données comme OPC UA".
  • Le futur numérique que Jeremy Rifkin susurre à l'oreille de nos dirigeants : Nous entrons dans l’ère d’une économie du coût marginal zéro qui  sonnerait  le glas du capitalisme. Le modèle économique actuel serait en effet attaqué sur deux fronts simultanément. Sur le front écologique d’abord, l’heure de payer la facture "entropique" de l’ère industrielle étant venue (le capitalisme étant, selon Jeremy Rifkin, régi par les lois de la thermodynamique : rien ne se crée, tout se transforme, volume énergétique total constant…). Sur le front de de la technologie, ensuite, avec l’émergence de trois réseaux mondiaux numériques interdépendants : internet des communications (que l’on connait), internet de l’énergie (avec les smart grid) et internet de la logistique (pas très clairement défini). Le tout au sein d’une infrastructure intelligente unifiée du XXIe siècle : l’internet des objets (ou IoT pour internet of things).
  • Bulletin de veille : Toutes les archives du bulletin de veille pour l'industrie en ligne
Actions sur le document
« Novembre 2018 »
Novembre
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930