Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille "IoT" du 25 août 2015
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille "IoT" du 25 août 2015


  • Protéger l’Internet industriel des objets devrait être une priorité nationale ! :  Les systèmes d’automatisation et de contrôle industriels exigent une disponibilité, une fiabilité et une sécurité à toute épreuve. Pour cela, une collaboration plus étroite entre industriels, développeurs en sécurité, vendeurs de procédés industriels mais aussi  avec l’État est cruciale. Pour 76 % des spécialistes de l’IT interrogés travaillant dans des entreprises dotées d’infrastructures critiques, un système de défense nationale devrait agir en cas de cyberattaques à l’encontre d’infrastructures vitales sur son territoire.
  • Une vision de l’Internet des Objets en 2020 : Même si la communication entre machines a près de 20 ans, il a fallu attendre une forte diminution du coût des capteurs, une explosion de la connectivité et des progrès dans la miniaturisation pour permettre le développement exponentiel des objets connectés tel que nous le connaissons aujourd’hui. Nous ne raisonnons désormais plus en machine-to-machine, mais d’univers entre univers avec de multiples interactions en simultané.
  • Les services à bord d’une SmartCar : C’est tous les services embarqués à bord de leurs véhicules connectés que les constructeurs automobiles espèrent bien voir se développer. Ils se précipitent ainsi pour relier leurs véhicules au web, au risque de les exposer à d’importantes failles de sécurité.
  • L’internet des objets ou le renouveau des industries lourdes : Aujourd’hui, les médias sont focalisés sur les objets connectés grand public, mais l’internet des objets sera avant tout industriel. Depuis les années 2000, plusieurs innovations majeures dans le logiciel et dans le matériel ont donné naissance aux systèmes sur une puce . Ces derniers sont de vrais calculateurs miniaturisés que les industriels des secteurs avionique, automobile, nucléaire et ferroviaire intègrent de plus en plus dans leurs équipements et leurs installations. General Electric aux Etats-Unis, Siemens en Allemagne, Schneider Electric en France et Hitachi au Japon voient dans l’internet des objets une grande opportunité pour numériser leurs produits, leurs services et leurs outils industriels.
  • GE ajoute une offre ‘Infrastructure-As-A-Service’ à sa plateforme pour l’IoT : GE veut gagner et pérenniser sa place parmi les entreprises les plus influentes de l’internet des objets.  General Electric espère se différencier en offrant à ses clients des services pensés pour les besoins de ces acteurs industriels en tirant partie de son expertise et de son expérience dans la fabrication de moteurs d’avions, d’éoliennes ou de locomotives. C’est pour répondre aux besoins d’une telle industrie que Predix avait initialement été développé, en tant que PaaS afin de permettre aux partenaires de bâtir des applications exploitant les capteurs de leurs produits.
  • IoT Les opérateurs historiques peinent à se positionner : 80 milliards d'objets connectés dans le monde en 2020, ce sont plusieurs centaines de milliards de communications à gérer, un gisement de données inépuisable à exploiter, des débouchés encore insoupçonnés aujourd'hui… Et pourtant les opérateurs français sont timorés sur le sujet.
  • Les objets connectés vont-ils tuer le hasard? :Même s’il est clair que l’Internet of Things et ses multiples objets vont bel et bien modeler et influencer notre mode de vie, il est également certain qu’ils ne supprimeront pas le hasard et ses fruits.
  • Comment l'IoT va bouleverser le business model des entreprises : Internet des objets et potentiel de création de valeur pour les entreprises. Avec l’Internet des objets, la valeur va migrer vers l’agrégation et le croisement multi-univers des données. Les entreprises qui sauront croiser les données seront les grandes gagnantes, et inversement. Un éclairage nouveau sur l’impact de l’IoT sur les business models des entreprises et sur les défis qui les attendent pour tirer parti de ce marché.
  • L’IoT, tsunami de Data ! : Le trafic de données mobiles dans le monde a augmenté de 69 % en 2014, atteignant 2,5 exaoctets par mois. Ceci est près de 30 fois la taille de l’ensemble du réseau Internet mondial en 2000. Selon un récent ouvrage,“Data Crush: How the Information Tidal Wave Is Driving New Business Opportunities,” par Christopher Surdak, les données seront la principale source des nouvelles opportunités pour les startups, ou la mort et l’IoT avec les API sont l’un des facteurs de ce tsunami…Présentation sur le sujet et comment Orange s’y prépare.
  • Le paradoxe de la productivité : L’ère de l’informatique est visible partout. Sauf dans les statistiques de la productivité. Le monde physique peut désormais être numérisé. Alors que les doutes concernant la révolution de productivité liée à l’internet des objets se font de plus en plus nombreux, il est utile de rappeler que si à la fin des années 1990, les investissements dans les technologies de l’information et de la communication se sont poursuivis malgré l’absence de preuve de leur rendement au plan macroéconomique, les recherches menées à la même époque ont dévoilé un bond de productivité. Dans le rapport The Internet of Things: Mapping the Value Beyond the Hype  (L’Internet des Objets: cartographier la valeur au-delà de l’emballement médiatique) indiquent qu’un cycle similaire pourrait se reproduire.
  • Système de communication ouvert ou propriétaire, le casse-tête des objets connectés: Les protocoles qui aujourd’hui se bousculent sur le marché en devenir des objets connectés créent la confusion chez les acteurs du secteur et par extension auprès des clients. Alors que la plupart des opérateurs télécoms ont fait le choix de s’inscrire dans le futur réseau 5G, à la configuration ouverte et interopérable, certains industriels, notamment du secteur des équipements et de la production énergétique, résistent à une telle fatalité, celle de la mise en commun de savoirs et d’innovations technologiques.  Le nerf de la guerre en matière d’objets connectés, selon Martin N. Baily, ancien conseiller économique du président Bill Clinton et James Manyika directeur de McKinsey Global Institute, c’est l’interopérabilité.
  • Cybersécurité : le cas très particulier de l'Internet des objets industriels : L'interconnexion et la convergence grandissantes de ces systèmes vieillissants avec les ERP, avec le cloud, avec de plus en plus d'équipements et avec les réseaux informatiques traditionnels rend leur protection difficile. Les spécificités des installations industriels, qui sont de plus en plus connectées au travers de réseaux M2M (Machine to Machine), rendent leur protection complexe de par ses spécificités. Impossible souvent d'appliquer les mêmes méthodes que pour les systèmes d'information classiques.
  • Bulletin de veille : Toutes les archives du bulletin de veille pour l'industrie en ligne


-- 

Erick Jonquière |  AFNeT  | 
 
Chef de projet IT
Community Management & Collaborative Practice
___________________________________
30, rue de Miromesnil - 75008 Paris
Tel : + 33 (0)1 53 43 82 70
Mob : +33 (0)6 09 04 87 18
erick.jonquiere@afnet.fr
Actions sur le document
« Juillet 2018 »
Juillet
LuMaMeJeVeSaDi
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031