Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Bulletin de veille pour l'industrie Bulletin de veille "IoT" du 2 septembre 2015
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 

Bulletin de veille "IoT" du 2 septembre 2015


  • Cycle AFNeT CNIS /Cisco Objets connectés et intelligents : Inscription atelier du 16 septembre Au premier tour d'horizon des enjeux stratégiques, challenges technologiques pour les filières aéronautique, nucléaire et ferroviaire, viendra s'ajouter une présentation des attentes, opportunités et spécificités de l'internet des objets pour les secteurs automobile et naval civil & militaire. La deuxième étape du cycle dédié aux Objets connectés adressera également la problématique de création de valeur et de ROI, elle se tiendra ce mercredi 16 septembre.
  • Bosch, les clefs du succès d’une entreprise dans un monde connecté : À travers une infographie publiée récemment et regroupant des chiffres fournis par Cisco et Machina Research Database, l’entreprise d’électroménager Bosch a développé ses perspectives concernant son projet « Strategy IoT ». Quels sont les avantages et inconvénients de l’Internet des Objets ? Comment faire face à cette révolution ?
  • L'avenir du Big Data : nouveaux concepts et forte croissance due aux métiers : Le développement du Big data va être influencé par la progression de l’Internet des objets (IoT, Internet of things).  Le cabinet d’études Gartner confirme cette tendance : l'analyse des informations collectées en très gros volumes, d'ici à 2020, va supprimer 80% des processus 'métier'. « Ces informations en très grandes quantités proviendront de l'Internet des objets (Internet of things), des 'devices' intelligents et des processus d'automatisation et de numérisation des flux métier ».
  • La grande intox des objets connectés, par Olivier Ezratty: L'engouement autour des objets connectés ne serait pas uniquement lié à la démocratisation des capteurs et de la connectivité, mais aussi à un phénomène classique d'auto-intoxication du marché, alimenté notamment par les prédictions des analystes.  A vrai dire, il existe depuis longtemps, notamment dans l’industrie. Une machine à commande numérique dans une ligne de production est littéralement un objet connecté ! Les usines grouillent de capteurs en tout genre, surtout dans les unités de production automatisées. La plupart des prévisions sont en volume. Certaines sont détaillées par catégories d’objets. Mais peu de prévisions sont fournies en valeur.
  • La stratégie data pour l'Internet des objets : De quel type et de quelle quantité de données l'entreprise doit-elle disposer pour renforcer la valeur de son offre ? La question est particulièrement critique dans les secteurs les plus atteints par la transition numérique ou pour les fournisseurs de service sur Internet à l'heure du Big Data. Quid en revanche des entreprises industrielles notamment souhaitant valoriser leurs données dans leur stratégie d'Internet des objet.
  • Les PC, c’est le passé. L’avenir réside dans les objets connectés et intelligents : C’est du moins la vision de Brian Krzanich, CEO d’Intel. Le patron d’Intel travaille à diversifier le groupe avec l’Internet des objets comme principal cheval de bataille. "Nous voulons toucher tout ce qui est susceptible de devenir connecté et intelligent. Cela va des robots aux voitures, en passant par les PC. L’opportunité est bien plus vaste que celle de l’Internet des objets."
  • Objets connectés : vers un monde ré-humanisé ? Les données peuvent-elles faire oublier les choses ? Si l’Internet des objets tient ses promesses (2), plusieurs ruptures existentielles pourraient intervenir. Après avoir mis en relation des PC, des smartphones et des tablettes, autrement dit des ordinateurs, Internet mettra de plus en plus en réseau des objets antérieurs aux révolutions informatiques
  • Industrie du futur, la guerre des standards a commencé : Des machines intelligentes doivent pouvoir se connecter facilement les unes aux autres. OPC UA saura-t-il s’imposer en France comme standard de l’industrie du futur ? Techniquement, ce choix serait justifié, de par le caractère moderne de ce protocole. "OPC UA mérite de devenir un standard d’interopérabilité en France car il n’a pas de technologie concurrente, assure Stéphane Potier. Aujourd’hui les industriels français lui préfèrent largement le protocole Modbus TCP (développé par Schneider Electric, ndlr), mais ce dernier ne peut gérer des modèles de données comme OPC UA".
  • Le futur numérique que Jeremy Rifkin susurre à l'oreille de nos dirigeants : Nous entrons dans l’ère d’une économie du coût marginal zéro qui  sonnerait  le glas du capitalisme. Le modèle économique actuel serait en effet attaqué sur deux fronts simultanément. Sur le front écologique d’abord, l’heure de payer la facture "entropique" de l’ère industrielle étant venue (le capitalisme étant, selon Jeremy Rifkin, régi par les lois de la thermodynamique : rien ne se crée, tout se transforme, volume énergétique total constant…). Sur le front de de la technologie, ensuite, avec l’émergence de trois réseaux mondiaux numériques interdépendants : internet des communications (que l’on connait), internet de l’énergie (avec les smart grid) et internet de la logistique (pas très clairement défini). Le tout au sein d’une infrastructure intelligente unifiée du XXIe siècle : l’internet des objets (ou IoT pour internet of things).
  • Bulletin de veille : Toutes les archives du bulletin de veille pour l'industrie en ligne
Actions sur le document
« Juillet 2018 »
Juillet
LuMaMeJeVeSaDi
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031